Ostéodensitométrie

L’ostéodensitométrie mesure de manière fiable et reproductible la masse osseuse, l’ostéoporose étant définie comme la perte au-delà d’un certain seuil de cette masse exposant à un risque de fracture spontanée ou après un traumatisme mineur (perte de résistance et fragilité osseuse).

Cette masse osseuse se constitue progressivement au cours de la croissance de l’enfant, se stabilise vers l’âge de 20 ans (on parle de capital osseux), puis reste stable plusieurs années. Avec l’âge, le capital osseux finit par diminuer progressivement tant chez l’homme que chez la femme. Chez la femme après la ménopause, la carence hormonale en œstrogènes conduit à une perte de masse osseuse plus marquée ce qui explique que les femmes sont plus exposées à l’ostéoporose que les hommes d’où l’utilisation plus fréquente de cet examen chez les femmes ménopausées surtout en l’absence de traitement hormonal substitutif.

Il faut savoir en fait que l’os est un tissu vivant en perpétuel renouvellement, siège de deux types de populations de cellules, celles qui détruisent la matrice osseuse (ostéoclastes) et celles qui le reconstruisent (ostéoblastes). C’est l’équilibre entre destruction-construction qui détermine la masse osseuse. Des éléments sont indispensables à l’élaboration de ce tissu osseux, notamment le calcium et les protéines, la vitamine D permettant l’absorption digestive du calcium et sa fixation osseuse. Ce renouvellement osseux ainsi que la qualité de l’os (architecture, minéralisation), sont influencés par un grand nombre de facteurs, notamment mécaniques (rôle positif de l’activité physique), alimentaires et hormonaux. Certains états pathologiques notamment des maladies endocriniennes (hyperparathyroïdie, hyperthyroïdie, hypercorticisme, hypogonadisme) et certains traitements (corticothérapie prolongée, anti-aromatase dans le traitement hormonal adjuvant des cancers du sein …) peuvent également favoriser la survenue d’une ostéoporose. Tabagisme et alcool ont également un rôle néfaste.

Tout le squelette osseux est intéressé par l’ostéoporose mais les sites principaux de fracture sur ostéoporose concernent les vertèbres ce qui conduit à une perte progressive de taille chez les patients âgés qui se voûtent avec le temps. Les autres sièges de fracture les plus souvent concernés après traumatisme mineur intéressent le col du fémur et le poignet.

Technique :( vidéo )

La technique actuellement validée pour mesure fiable et reproductible de la masse osseuse utilise un appareillage particulier basé sur l’absorptiométrie bi-photonique des rayons X.
Les mesures de densité osseuse pratiquées par scanner ou ultrasons ne sont actuellement pas validées.

Habituellement deux mesures sont réalisées, une sur la colonne vertébrale lombaire en intégrant au moins 3 vertèbres, l’autre sur l’extrémité supérieure des fémurs. La mesure au poignet n’est pas systématique (réservée à des cas particuliers)

Les résultats sont exprimés en pratique par la mesure de la densité minérale osseuse (DMO) et par l’écart mesuré sur les sites d’analyse (rachis lombaire et fémur, voire plus rarement poignet) vis à vis d’une population témoin d’adultes jeunes (20 ans) de même sexe, cet écart étant appelé le T-Score.

Si le T-Score est inférieur ou égal à -2,5, il y a ostéoporose, alors qu’en cas de T-Score supérieur à - 1, l’examen est considéré comme normal. Un T-Score compris entre - 1 et - 2,5 exprime une situation intermédiaire appelée ostéopénie.

osteodensitometrie22


Ces mesures sont indispensables à la prise en charge de l’ostéoporose mais ne sont pas le seul élément prendre compte pour la décision thérapeutique qui revient au médecin traitant et au rhumatologue.

Elle est prise en charge par l’Assurance Maladie sur prescription médicale et pour les patients à risques. Elle est remboursée à 70 % sur la base d’un tarif fixé à 39,96 €.

Dans quels cas l’ostéodensitométrie est-elle prise en charge par l’Assurance Maladie ?

L’ostéodensitométrie est prise en charge, sur prescription médicale, pour les patients présentant les facteurs de risques médicaux de l’ostéoporose qui rendent nécessaire cet examen, notamment dans les indications suivantes :

Pour un premier examen dans la population générale, quel que soit l’âge et le sexe :

  • En cas de pathologie ou de traitement potentiellement inducteurs d’ostéoporose (par exemple : l’hyperthyroïdie évolutive non traitée, hyperparthytoïdie, traitement inhibiteur de l’aromatase ou une corticothérapie de plus de trois mois).
  • En cas d’antécédent de fracture vertébrale ou périphérique sans traumatisme majeur diagnostiquée lors d’une radiographie.

Pour un premier examen chez la femme ménopausée avec des facteurs de risque :

  • Antécédent de fracture du col du fémur sans traumatisme chez un parent du 1er degré.
  • Indice de masse corporelle inférieur à 19 kg/m2.
  • Ménopause précoce (avant 40 ans).
  • Antécédent de corticothérapie de plus de trois mois consécutifs.

Pour un deuxième examen :

  • À l’arrêt du traitement anti-ostéoporotique, en dehors de l’arrêt précoce pour effet indésirable, chez la femme ménopausée.
  • Chez la femme ménopausée sans fracture, lorsqu’un traitement n’a pas été mis en route après une 1e ostéodensitométrie montrant une valeur normale ou une ostéopénie, une 2e ostéodensitométrie peut être proposée 3 à 5 ans après la réalisation de la première en fonction de l’apparition de nouveaux facteurs de risque.

À noter
Pour les femmes ménopausées suivant un traitement hormonal substitutif (THS), il n’est pas recommandé de réaliser une ostéodensitométrie, car la prévention de l’ostéoporose est déjà assurée par ce traitement.

Sources :

  • Haute Autorité de santé « Prévention, diagnostic et traitement de l’ostéoporose » (juillet 2006).
  • Afssaps « Traitement médicamentaux de l’ostéoporose post-ménopausique - recommandations » (janvier 2006).



 
 
Villeneuve d'Ascq

88 rue des Fusillés

Tél : 03 20 91 01 45
Email : contact@imelradiologie.fr
Formulaire de contact

Voir les horaires et plan d'accès
 
Villeneuve d'Ascq-Flers

53 rue du Colonel Pollet

Tél : 03 20 33 16 17
Email : contact@imelradiologie.fr
Formulaire de contact

Voir les horaires et plan d'accès
 
Lille - Fives

14 rue de Bouvines

Tél : 03 20 56 55 61
Email : contact@imelradiologie.fr
Formulaire de contact

Voir les horaires et plan d'accès
 
Marcq en Baroeul
(CLINIQUE DU CROISE LAROCHE)

199 rue de la Rianderie

Tél : 03 20 72 91 92
Email : contact@imelradiologie.fr
Formulaire de contact

Voir les horaires et plan d'accès